i.SPLF Biblio
Sources & critères | Rechercher
LOGIN
Modifier votre profil
Publications du Jeudi 03 juin 2021

FOCUS "ASSISTANCE À LA FONCTION RESPIRATOIRE"
Avec le soutien institutionnel de L3 Médical
De l'oxygène à trop haut débit est fréquent aux urgences pour les BPCO
  James Anderson et al. - Internal Medicine Journal 2021; 51(5): 654-9

Sur plus d'une centaine de patients passés aux urgences pour exacerbation de BPCO, un débit trop élevé d'O2 a été trouvé dans la majorité des malades mais sans aucune conséquence clinique grave....donc restons tranquille.

- Pr Jésus Gonzalez-Bermejo -
Version HTML | Version PDFVersion imprimablePartager cet article

À LA UNE
Quel coût-efficacité pour l’adjonction de chimio à l’immunothérapie ?
  Michaela Carla Barbier et al. - The European Journal of Health Economics 2021; aop: 10.1007/s10198-021-01282-4

Dans le cancer bronchique non petites cellules avancé avec expression PDL1 importante l’immunothérapie (ici le pembrolizumab) est le traitement de référence seul ou en association avec de la chimiothérapie. Cette équipe suisse s’intéresse à l’analyse cout efficacité de ces stratégies en se basant sur les études KeyNote 024 et 189. Comme souvent c’est la QALY (quality adjusted life year) qui sert d’unité de mesure pour le bénéfice et le franc suisse comme unité de cout. Les calculs sont assez complexes car il faut tenir compte des deuxièmes lignes reçues, de la prescription de pemetrexed en maintenance, du tarif de ce pemetrexed, mais globalement si l’on décide, de façon arbitraire, de mettre la qaly à 100000 francs suisses, le pembrolizumab est coût efficace alors que la combinaison chimio/immuno ne l’est pas.

Et a priori en Suisse on sait compter…

- Dr Olivier Brun -
Version HTML | Version PDFVersion imprimablePartager cet article

Anti TSLP dans l’asthme sévère : un essai de phase 3 convaincant
  Menzies-Gow Andrew et al. - The New England journal of medicine 2021 05; 384(19): 1800-1809

En 2017 nous rapportions ici un essai de phase 2 concernant le tezepelumab dans l’asthme sévère. Voici l’essai de phase 3, Navigator, dans le New England toujours. Le design est assez similaire aux autres biothérapies sauf que la fourchette d’âge d’inclusion est plus large (12 à 80 ans) et surtout qu’il n’était demandé aucun biomarqueurs (éosinophiles, IgE, FeNO) pour être inclus. 529 patients ont reçu 210 mg de tezepelumab toutes les 4 semaines en sous cutané pendant que 532 recevaient le placébo. Les résultats montrent une réduction de 56% des exacerbations ainsi qu’une amélioration de la fonction respiratoire et de la qualité de vie. Pas d’effets secondaires significatifs. 

Deux remarques : 1/ L’analyse par sous-groupes montre néanmoins que plus les biomarqueurs sont élevés mieux ça marche. 2/ On aimerait aussi savoir si la consommation de corticoïdes per os a bien diminuée.

- Dr Olivier Brun -
En savoir plus...Partager cet article

4 semaines d'antibiotiques fontt à peine mieux que 2 semaines dans la bronchite chronique de l'enfant
  Ruffles, Tom J C et al. - The Lancet Respiratory Medicine 2021; aop:10.1016/S2213-2600(21)00104-1

L. Giovannini-Cham, dans l'EM de pédiatrie, nous rappelle que " la bronchite chronique de l’enfant est une entité ancienne, décrite dès les années 1940, tombée dans l’oubli après la découverte et l’utilisation massive des antibiotiques mais de regain d’intérêt depuis nos restrictions d’utilisation de ces derniers. Les bronchites bactériennes persistantes ou protracted bacterial bronchitis (PBB) sont définies ainsi : (1) présence d’une toux chronique continue (de durée supérieure à 4 semaines) grasse et/ou productive ; (2) absence de signes fonctionnels ou cliniques évoquant une autre cause de toux grasse chronique et (3) toux se résolvant après 2 à 4 semaines d’une antibiothérapie orale appropriée."

Cet essai a randomisé plus de 100 enfants, jusqu'à 19 ans, vers 2 semaines ou 4 semaines d'amoxicilline/acide clavulanique. A 28 jours pas de différence, la récidive survient plus tard dans le groupe traité 4 semaines (150 jours contre 36 jours) mais à 6 mois, bien que le groupe traité 4 semaines n'a que 53% de récidives contre 74% pour le groupe 2 semaines, devant le faible échantillon, la différence n'est pas significative.

 

- Pr Jésus Gonzalez-Bermejo -
Version HTML | Version PDFVersion imprimablePartager cet article


Afin de vous accompagner dans votre pratique professionnelle et vous permettre un accès facilité et toujours disponible à l'information médicale, nous mettons à votre disposition cette plateforme scientifique ciblée sur votre domaine d'expertise.
GNM Healthcare Consulting Ireland, Ltd vous propose un accès privilégié aux derniers articles, disponibles en version originale et intégrale, aux formats PDF et HTML en pneumologie.

www.splf.org
Attention : l'objectif est de fournir des informations sur l'état actuel de la recherche ; ainsi certaines données publiées dans ces articles peuvent ne pas avoir été validées par les autorités de santé françaises et seront mentionnées comme telles. La publication de ce contenu est effectuée sous la seule responsabilité de l'éditeur. Les laboratoires Chiesi et L3 Médical ne sont pas intervenus dans le choix du contenu ni dans la rédaction des articles.
Consultez la version en ligne
En collaboration avec
www.chiesi.fr www.l3medical.fr
soutien de la SPLF

En m'abonnant au service "i.SPLF Biblio", je confirme avoir pris connaissance des Conditions générales d'utilisation du service et j'accepte que GNM Healthcare Consulting Ireland, Ltd utilise les données saisies lors de mon inscription dans le but de me fournir un envoi d'informations hebdomadaire en lien avec ses services conformément à la Politique de confidentialité.
Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, de suppression, de limitation du traitement ainsi qu'un droit à la portabilité de vos données personnelles. Vous pouvez également exercer le droit de vous opposer au traitement en vous désabonnant à tout moment en cliquant sur le lien "Se désabonner". Cette action entraînera une désinscription de nos services. Pour exercer vos droits, il vous suffit d'adresser une demande à dpo@gnmhealthcare.com. Si vous estimez, après nous avoir contactés, que vos droits ne sont pas respectés vous pouvez adresser une réclamation à la CNIL.